DS 3 Crossback : objet roulant non identifié ?

avatar Header, News Auto, Non classé

Si tu as touvé ça cool, partage donc !

Alors que DS s’est séparée de Citroën il y a 4 ans, la marque lève seulement le voile maintenant sur son SUV urbain, catégorie en vogue depuis quelques années. Son nom ? DS 3 Crossback. Le nouveau modèle n’a rien à voir avec la DS 3 que l’on a tous connu. Fini la ressemblance avec les modèles Citroën, la « nouvelle » marque poursuit son envol débuté avec le DS 7 Crossback. Révélé au grand public d’ici quelques jours lors du Mondial de l’Auto, nous vous livrons les premières informations sur ce nouveau SUV de poche.

Parlons peu, parlons chiffres
Positionnement premium oblige, la DS 3 Crossback affrontera l’Audi Q2 et le Mini Countryman. Le premier s’est vendu à 10 000 exemplaires l’an passé, contre 5 200 pour le Mini, qui est arrivé au 2e trimestre 2017. Avec ce modèle, DS va ainsi tenter de grappiller des parts de marché dans cette catégorie très en vogue. Rendez-vous porte de Versailles (Paris) à partir du 4 octobre prochain pour commander votre DS 3 Crossback.

Un style original qui fera tourner les têtes
Côté style, on vous laissera vous faire votre avis mais affirmons que ce modèle n’est pas fait pour passer incognito sur les rues pavées de nos centres-villes. À l’avant, je ne saurais quoi vous dire. La forme particulière des blocs optiques me fait douter. Vu de loin, le modèle semble allier prestige et élégance, avec l’imposante calandre DS Wings et ces feux de jours qui descendent à la mode de la nouvelle 508. De profil, on devine immédiatement le positionnement SUV de cette DS : passage de roues en plastique et caisse surélevée sont de la partie. Un petit clin d’œil à sa petite sœur la DS 3, avec la réitération de l’aileron de requin qui apporte une nouvelle touche d’originalité. Autre détail, les poignées de portes sont cachées dans la portière. Pour les dévoiler, il suffit d’approcher le véhicule clé en main. Tout est dans le détail avec ce DS 3 Crossback.
L’arrière, reprend les codes stylistiques du DS 7 Crossback. Les feux étirés joints par une bande chromée semblent être la nouvelle norme de la marque. On note la forte inclinaison de la lunette arrière qui apporte un côté sportif mais qui nuira forcément à la visibilité ¾ arrière. Quand je vous disais que ce nouveau véhicule misait sur les détails, en voici encore une preuve : les pots d’échappement sont directement intégrés au bouclier, pour un rendu assez déroutant.
En résumé, l’extérieur est très soigné mais ses formes assez originales vous feront soit aduler le modèle, soit le détester.

Un intérieur tout aussi original
À l’intérieur, on retrouve principalement du cuir et du plastique moussé. Enfin, ça c’est pour les versions exposées par DS lors de la présentation du véhicule. Reste à voir dans les finitions d’entrée de gamme, même si je doute qu’elles se vendent beaucoup. La qualité perçue est donc bonne, grâce aussi à des touches de chrome.Il sera possible de choisir entre 5 thèmes de personnalisation.
En-dessous de l’écran tactile de 10,3” on retrouve 5 losanges. Ce n’est pas un clin d’œil à Renault, mais ces formes abritent les aérateurs centraux et quelques boutons de réglages (désembuage, warning…). La partie autour du levier de vitesse est reprise du grand frère de cette DS 3 Crossback, avec des touches piano.
Le combiné est 100% numérique et l’affichage tête haute est de rigueur dans pratiquement la totalité des versions. Les détails sont aussi de mise à l’intérieur, avec des aérateurs latéraux disposés sur les portières pour un sentiment accru de largeur.
Quant aux sièges, on a maintenant l’habitude chez DS : ce sera du cuir bracelet.
À l’arrière, les passagers auront peu de place pour leurs jambes. D’autant plus que l’aile de requin réduit l’espace vitré. On pourra ressentir un sentiment d’enfermement aux places arrière. Avec 350 litres, le volume de coffre est correct. Comptez tout de même 50 litres de moins que sur l’Audi Q2.

Ce nouveau DS 3 Crossback bénéficiera de la toute nouvelle plateforme CMP, qui lui permettra de recevoir en plus des motorisations thermiques, une version électrique nommée E-Tense. Cette dernière affiche une autonomie de 300 km (norme WLTP) et sera disponible fin 2019. Les autres versions débarqueront sur les routes au printemps prochain.

Filipe

Last modified: 18 septembre 2018

Previous Story

Header, News Auto, Non classé

1998/2018 : le choc des générations

Si tu as touvé ça cool, partage donc ! FacebookTwitterPinterestVous souvenez-vous de votre véhicule il y a...

Next Story

Header, News Auto, Non classé

2018 : l’année des 500 chez Peugeot

Si tu as touvé ça cool, partage donc ! FacebookTwitterPinterestQuelques semaines après la présentation de...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *