Le Fiat Multipla comment a-t-on pu en arriver la?

Dossier

Si tu as touvé ça cool, partage donc !

Oui, le Fiat Multipla est internationalement reconnu comme le véhicule le plus hideux à avoir vu le jour. TopGear l’a élu « Voiture la plus moche de l’année 2000 ». Car Throttle a fait un sondage il y a quelques années, et la Fiat Multipla est placé largement en tête dans le classement de la voiture la moins réussi esthétiquement. Devant la Pontiac Aztek, la Toyota Prius et la Ssangyong Rodius. Autant être franc dès le début, je suis plutôt en accord avec ces résultat. Le Multipla n’est vraiment pas un beau véhicule selon moi.

Mais toute cette haine est-elle vraiment méritée ?

L’histoire du fiat Multipla tel que nous le connaissons remonte au milieu des années 1990. Fiat lance un nouveau projet, le but assumé est de concurrencer les monospaces à succès; le Renault espace étant à cette époque l’ennemi à abattre.

Paolo Cantarella, directeur de Fiat SPA (1996-2002) ne fait pas une demande simple a son studio de design.

– Il veut une voiture bon marché mais rentable a petit volume.
– Une voiture qui peut transporter 6 personnes et leurs bagages confortablement
– et tout ça dans un véhicule plus court que les monospaces de l’époque.

En tant que designer je serais excité mais aussi terrifié par un tel brief. C’est un challenge excitant mais il est évident que l’esthétique passera second sur le résultat final tant la tâche est techniquement ardu.
Le projet sera désigné sous le numéro 186 en interne.
L’étude de style est confiée à Roberto Giolito, designer chez Fiat. La tache lui est donnée car il est connu pour toujours mettre la fonction avant la forme. Sa recherche de la bonne ergonomie et de l’habitabilité sera un atout important pour le futur véhicule fiat.

Ses premières ébauches semblent décrire un véhicule s’inspirant beaucoup de la fiat 600
Multipla, produite entre 1956 et 1965. Un véhicule qui était alors précurseur dans son architecture puisque elle était équipée de 3 rangés de 2 sièges. Donc un véhicule 6 places. Cette architecture, la plus évidente, a été longuement étudiée par Giolito, il y a même eu des modélisations 3D de plusieurs propositions.

Fiat n’a pas donné suite à ces 3 propositions, aucune d’entre elles ne permettait de transporter les bagages. L’espace cargo étant entièrement occupé par la 3eme rangée de sièges. Cantarella tenais absolument à ce que tous les critères de son cahier des charge soit respecté.

Le coup de génie

Giolito s’est rendu compte que le seul moyen de satisfaire les exigences de Cantarella est de créer 2 rangs de 3 sièges. Ainsi le véhicule peut transporter 6 personnes tout en gardant un espace cargo suffisant. Tout le design du Multipla sera donc articulé autour de cette décision.
A cause de cette architecture le Multipla se retrouve avec des proportions peu communes, large en bas étroit a la taille et large en haut. Ce n’est clairement pas les proportions que les designers recherchèrent habituellement, mais ce sont les proportions qui donneront le plus d’espace à l’intérieur du véhicule. Roberto Giolito, dans sa quête de la fonction avant la forme a donc fait le choix de dessiner une voiture qui est certes moins élégante mais qui donne un espace de vie suffisant malgré les 3 sièges cote a cote. La largeur du Multipla s’en voit également considérablement agrandie par rapport à un véhicule conventionnel. Comme demandé dans le cahier des charges le Fiat fait moins de 4m de long mais il accuse une largeur de presque 1,90m !

Roberto Giolito sait que la voiture aura un aspect atypique, mais ce n’est pas sur ce point qu’il souhaite appuyer. Il place comme à son habitude la fonction avant la forme. Si le véhicule est agréable a vivre alors il a rempli sa mission.
« De l’extérieur, vous voyez les gens heureux, mais vous ne comprenez pas pourquoi ils sont si heureux. En réalité c’est un véhicule extrêmement confortable, c’est une voiture faite pour encourager les interactions sociales entre les occupants. Elle est dessiné comme un salon plus que comme une voiture » Roberto Giolito 1999 a la sortie du Multipla.

 

AppleMark

Et en effet, tout est dessiné pour faciliter la vie à l’intérieur. Par exemple le levier de vitesse est en position haute, juste à côté du volant. Il tombe sous la main et surtout ne prend pas de place au niveau du sol. Cela permet au Multipla de bénéficier d’un plancher plat, sans tunnel de transmission et le passager de la place central est donc particulièrement à l’aise. On a le droit à une véritable place et non un siège d’appoint comme la 3eme place à l’arrière de la plus part de nos voitures actuelles.

Le Multipla a bien d’autres avantages, il bénéficie notamment d’une tenue de route irréprochable
pour un monospace grâce a des suspensions un peu plus fermes mais surtout grâce à sa largeur
importante par rapport à sa longueur. Il a un Cx (Coef de pénétration dans l’air) de 0,32. à titre de
comparaison une Ford Mustang de la même époque avait un Cx de 0,35. Le Multipla est donc un véhicule assez aérodynamique quoi qu’on en dise. Il respecte la totalité de son cahier des charges, les 6 places assises confortable, la place suffisante pour les bagages, les 4m max de long, le prix relativement contenu. Et en plus de cela on bénéficie dans le Multipla d’une impression d’espace particulièrement agréable grâce à sa green house généreuse et à sa belt line anormalement basse. La surface vitrée est très importante, bien plus importante que sur les autres monospaces contemporain ou même par rapport aux voitures actuelles! Ce qui laisse entrer un maximum de lumière dans la cabine. On s’y sent bien.

 

Alors oui, il est mal proportionné, il a des bourlets disgracieux, des vitres trop grandes. Il est à l’opposé des proportions auxquelles on s’attend. Mais le concept est là, c’est un véhicule qui n’est pas forcement beau mais il est intelligent. Je comprends maintenant totalement les gens qui ont acheté à l’époque un Fiat Multipla; des parents qui veulent un véhicule confortable avec leurs 4 enfants. Dans le quel chaque passager a une vrai place assise confortable, avec suffisamment de lumière et d’espace pour ne pas se sentir claustrophobe. Mais aussi un véhicule agile en ville comme sur l’autoroute. Un minispace réfléchi pour l’utilisateur avec des rangements partout des petites astuces qui facilite la vie quotidienne. Bref, comme l’a dit Giolito, c’est un véhicule facile à vivre.

Nous ne comprenons pas les utilisateurs de Fiat Multipla car nous ne sommes pas la cible. Nous sommes ici sur un site de passionné d’automobile et l’esthétique d’une voiture a pour nous une importance capitale lors du choix d’une voiture. Il est peut-être temps d’accepter que certaines personnes ont d’autres attentes en termes d’automobile.

Mais est-il vraiment si affreux que cela?

Peut-être pas… En réalité Giolito a donné une vrai identité a son Multipla, derrière son concept intelligent, le Multipla a une bouille reconnaissable entre toute et il ne passe pas inaperçu. C’est un point important pour intéresser la clientèle qui ne s’intéresse pas à l’automobile, surtout lorsque l’on présente une voiture qui a un concept fort! La Prius se vendrait-elle aussi bien si elle avait une esthétique plus banale? Non. Car son design fait parler d’elle et permet à l’acheteur de rouler différent. Et c’est ce que les acheteurs de Prius veulent. Pour le Multipla c’est le même principe. En définitive le Multipla a été dessiné pour être un mode de vie.

Apres un concept la commercialisation du Multipla débutera dès janvier 1999 en Italie
Il s’écoulera a environ 212 000 unités jusque en 2004. Date a la quelle Fiat décide d’offrir un facelift a son Multipla, preuve que les objectifs de ventes sont atteint et qu’il y a un marché pour un tel véhicule. Malheureusement Fiat cède aux critiques des journalistes. Le facelift aurait pu être une version plus mature et réfléchi du concept original. Garder ce qui fait l’essence même du Multipla mais pousser le concept du « mode de vie » un peu plus loin encore.

Mais Fiat sort en 2004 une version sans aucune saveur, sans prise de partie, un pale copié- collé de la face avant de la Punto. Ce facelift plus consensuel devait relancer l’intérêt pour le concept novateur du Multipla. Fiat a voulu séduire un nouveau public, celui qui n’avait pas été séduit par le design du premier Multipla qui été considéré comme trop osé. Ils n’ont réussi qu’à perdre ceux qui avaient été convaincu par la version initiale. C’est un cuisant échec pour cette seconde version.
Fiat n’écoulera alors qu’un peu plus de 100 000 unités sur la période 2004 – 2010.

Les constructeurs n’en ont tiré apparemment pas tiré la leçon. En tout cas pas Citroen avec le restylage du Cactus, consensuel au possible pour attirer plus de client mais qui perd au passage toute son originalité

 

 

Article écrite par Laurent SCHMIDT

Last modified: 30 mars 2018

Previous Story

Dossier

L’avenir du moteur essence

Si tu as touvé ça cool, partage donc ! FacebookTwitterPinterestATTENTION : ce dossier n’est que mon avis,...

Next Story

Dossier, Header, News Auto

Et si VW nous sortait un Touareg Coupé ?

Si tu as touvé ça cool, partage donc ! FacebookTwitterPinterest Volkswagen nous a dévoilé dernièrement...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *